Travail artisanal 100% fait main en Suisse 

Toutes les créations de l’Atelier Jane Bosshard sont entièrement réalisées à la main par la créatrice, dans son atelier situé à Ste-Croix en Suisse. De la réalisation d’un prototype en cire à la fonte du métal ou du façonnage à la soudure des métaux, chaque étape est un processus en soi qui nécessite patience, attention et savoir-faire.

Production vegan friendly 

Aucun produit ni matériaux d’origine animale ne sont employés (cires, graisses, etc.) dans le processus de fabrication.

Provenance & éthique des métaux employés

L’argent et l’or employés sont recyclés et proviennent d’une entreprise basée en Suisse qui garantit la traçabilité des métaux.

Le bronze massif est fabriqué en Italie.

Garantie et signature 

Chaque pièce est estampillée du poinçon de Maître officiel de la créatrice; une signature dont le design est garanti unique et inscrit au registre national des douanes.

Chaque création est également munie d’un certificat de garantie où figure le poinçon de maître, gaufré et doré à chaud ainsi que la date d’achat et une description de l’objet.

Un peu de technique ...

Comment les feuilles en bronze sont-elles fabriquées ?

Un moulage de la feuille est réalisé en cire. Une fois retravaillée et sculptée afin de se rapprocher le plus fidèlement possible de son modèle originel, la feuille en cire est ensuite placée sur une tige , elle-même en cire. Cette tige de support appelée « tige de coulée » est placée sur un socle. Le procédé de la cire perdue peut alors débuter.

 

Qu’est-ce que la fonte à la cire perdue ?

La cire perdue est un procédé dans lequel le métal en fusion est coulé dans un moule en plâtre réfractaire contenant un ou plusieurs modèles en cire. Le moule contenant les modèles en cire est cuit dans un four à haute température afin de le préparer à recevoir le métal en fusion mais également afin de permettre à la cire de fondre et de s’évacuer en fumée. La cire est donc perdue. Puis, le métal en fusion est alors coulé dans le moule et vient épouser les formes des modèles auparavant en cire.

Un peu d'histoire....

La technique de la fonte à la cire perdue est pratiquée depuis l’antiquité.

Elle se retrouve entre autres chez les peuples précolombiens des Andes comme chez certaines populations du delta du Niger mais également chez les Grecs et les Celtes, etc.

En 1985, grâce à de nouvelles techniques d’analyses, une équipe de scientifiques du CNRS (centre national de la recherche scientifique) a pu percer les mystères de fabrication de l’amulette de Mehrgarh (Pakistan), âgée de 6 000 ans.

Cette amulette en cuivre est à ce jour le premier objet connu et identifé comme ayant été façonné à la cire perdue.